Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 17:42

La vraie raison : un gouvernement brésilien aux ordres des multinationales voulant exploiter les richesses minières en détruisant la forêt amazonienne.

C'est le système capitaliste qu'il faut détruire !

 

Voici des résumés des actualités du site de Raoni, pour celles et ceux qui n'auraient pas le temps de lire plus et les liens qui mènent vers les articles pour appronfondir.

Dossier : barrage de BELO MONTE en Amazonie brésilienne : un moyen de viabiliser définitivement les activités minières en terres indigènes

Dossier : barrage de BELO MONTE en Amazonie brésilienne : un moyen de viabiliser définitivement les activités minières en terres indigènes

Source : correiocidadania.com.br
On peut commencer cette histoire par l’Étude d’Impact Environnemental/Rapport d’Impact Environnemental (EIA/RIMA) de Belo Monte dans le chapitre qui traite des droits d’exploitation minière dans la Grande Boucle du Xingu. On y apprend que 18 entreprises, parmi elles, la Compagnie Vale do Rio Doce (demande d’exploitation de l’or), ont fait des demandes d’autorisation de recherche, 7 entreprises ont déjà obtenu cette autorisation et une entreprise détient une concession d’exploitation (CVRD pour l’extraction d’étain), dans la région où Belo Monte est en train d’être construit.

C’était, à l’époque de la réalisation des études environnementales, 70 processus ayant une incidence sur les terres indigènes d’une superficie de 773 000 hectares, desquels 496 373 sont la cible de l’extraction minière, soit 63% du territoire indigène. Des entreprises comme la Compagnie Vale do Rio Doce, Samaúma Exportation et Importation Ltd, Joel de Souza Pinto, Minération Capoeirana, Minération Guariba et Minération Nayara ont des titres miniers dans les Terre Indigène Apyterewa. Mais il y a encore beaucoup plus.

 Sur les terres indigènes de la région du Xingu proches du chantier de Belo Monte, il y a une concentration de demandes d’autorisation de recherche et d’exploitation de minerais nobles tels que l’or, le diamant, le niobium, le cuivre, le phosphore, le phosphate.

L’implantation du projet de l’usine hydro-électrique de Belo Monte est le moyen de viabiliser définitivement l’exploitation minière dans les terres indigènes (3) et dans les zones qui les entourent, en particulier dans la Grande Boucle (Volta Grande), un tronçon du fleuve de plus de 100 km qui va pratiquement être asséché par le détournement des eaux du Xingu. Et c’est justement à proximité du barrage principal, sur le site dit de Pimentel, qu’est en train d’être implanté le plus grand projet d’exploitation d’or du Brésil, qui va profiter du fait que la Grande Boucle sera sèche durant des mois chaque année par le détournement des eaux du fleuve.

 

C'est l’entreprise canadienne Belo Sun Mining Corp qui a acheté les permis d'exploitation,   l’investissement total dans ce projet minier de l’or de la Grande Boucle sera de  1.076.724.000,00 $ US (830.405.822,78 EUR)

Les impacts environnementaux du projet Belo Sun Mining sur la biodiversité seront catastrophiques et un facteur d’agravement du préjudice causé aux communautés indigènes de la Grande Boucle et de la rivière Bacajá par le chantier du barrage de Belo Monte. Celà conduira à la mort les indiens isolés dans la zone du projet de la Belo Sun Mining.

 

Le projet Grande Boucle de la Belo Sun Mining Corp. est implanté dans la municipalité de Senador José Porfírio, dans la zone de l’Ordonnance 38 de la Funai qui avait pour objectif la protection des groupes isolés.

L’entreprise responsable au Brésil du projet Grande Boucle est la Belo Sun Mineration Ltd, filiale brésilienne de l’entreprise canadienne Belo Sun Mining Corporation qui appartient au groupe Forbes & Manhattan Inc., une banque mercantile de capital privé tournée vers des projets miniers dans le monde entier.

La Belo Sun Mining Corp. est entrée dans la bourse de valeur de Toronto le 30 avril 2012 dans un climat de fête et de commémoration. Dans son site très actualisé, l’entreprise ne cache pas ses prétentions d’exploitation minière en Amazonie, ni qu’elle possède un portefeuille de propriétés au Brésil. L’objectif principal de la Belo Sun est l’exploitation minière dans une zone qui est, affirme-t-elle, à 100% de sa propriété  et qui dispose d’approximativement 2,85 millions d’onces d’or.
La construction du barrage principal de Belo Monte, au sitio Pimental, pour dévier le fleuve précisement sur le tronçon de la Grande Boucle va faciliter l’extraction de l’or à grande profondeur.

 

Résumé de l'article de Telma Monteiro, activiste socio-environnementale, chercheuse elle édite un blog (http://www.telmadmonteiro.blogspot.com.br) © Telma Monteiro / correiocidadania.com.br / traduction : Chico Libri
Date de l'article : 14/09/2012

Voici un historique des évènements depuis mon dernier article sur le barrage, trop optimiste...

 


Le Ministère Public Fédéral fait appel pour que la Cour Suprème paralyse de nouveau le chantier de Belo Monte

Le Ministère Public Fédéral fait appel pour que la Cour Suprème paralyse de nouveau le chantier de Belo Monte

Le juge Souza Prudente, qui a obtenu le 14 août 2012 la paralysie du chantier de Belo Monte.

Source : MPF (www.mpf.gov.br)
Cet appel est directement dirigé vers le président du Tribunal Fédéral Suprême (Cour Suprême), Carlos Ayres Britto. S’il ne reconsidère pas sa décision, le cas devra être analysé en scéance pléniaire. Le Ministère Public Fédéral (MPF) a fait appel aujourd’hui auprès du Tribunal Fédéral Suprême (STF) afin que le chantier de Belo Monte soit paralysé jusqu’à ce que soient réalisées les consultations des peuples indigènes affectés par l’usine.










Le mouvement #OcupaSampa envahit le Tribunal Fédéral Suprême pour protester contre la reprise du chantier de Belo Monte

Le mouvement #OcupaSampa envahit le Tribunal Fédéral Suprême pour protester contre la reprise du chantier de Belo Monte

Source Ocupa Sampa (http://15osp.org/)
Ocupa Sampa est un mouvement brésilien comparable à "occupy wall street" ou "Les Indignés", un mouvement de protestation contre les inégalités économiques et sociales. Ocupa Sampa, ou Acampa Sampa affirme être un mouvement social, non violent, sans parti, né le 15 octobre 2011 dans la ville de Sao Paulo. Ses membres tiennent des réunions quotidiennes pour décider de leurs actions. Ils sont boycottés par la presse, et leur page wikipédia a récemment été supprimée. Comme ses homologues français et américain, Ocupa Sampa est opposé au barrage de Belo Monte. Le 29 août 2012, au lendemain de la reprise des travaux après la décision scandaleuse de la Cour Suprême, Ocupa Sampa a mené une action de protestation dans le Tribunal Fédéral Suprême (STF) à Brasilia.



Reprise du chantier Belo Monte : le vrai visage du Brésil en 2012, celui d'un pays qui bafoue les droits de ses peuples autochtones

Reprise du chantier Belo Monte : le vrai visage du Brésil en 2012, celui d'un pays qui bafoue les droits de ses peuples autochtones

Le président de la Cour Suprême Ayres Britto accorde la reprise de la construction de Belo Monte
BRASILIA - Les travaux de la centrale hydroélectrique de Belo Monte, paralysée depuis le 23 août 2012, vont reprendre dès le 28 du même mois. Le président de la Cour suprême fédérale (STF), Carlos Ayres Britto, a accordé, lundi soir, l'injonction en faveur du procureur général de l'Union (AGU) demandant la suspension de la décision précédente.

 

 

 






indiens 08

 

Vous êtes très loins

Je vous ai jamais vu en vrai

Je voudrais lutter à vos côtés

Si l'on vous tue, c'est la partie la plus belle et la plus innoncente de l'humanité que l'on assassine.

 Ne jamais vous oublier !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rémi-Ange - dans écologie
commenter cet article

commentaires

MARTINE VAN UYT FANGE 24/11/2012 12:46


Je ne pouvais laisser une faute : battez-vous !!

Rémi-Ange 27/11/2012 13:51



ça va de soi  et merci pour ta contribution.



MARTINE VAN UYT FANGE 24/11/2012 12:44


Article très complet et très intéressant. Je me demande toujours pourquoi les gens riches et puissants ne pensent qu'à amasser toujours plus d'argent, avoir
plus de pouvoir, ne peuvent-ils pas y ajouter la soif de la justice, l'écoute des gens plus humbles et tout aussi dignes de respect qu'eux. Ne dit-on pas que l'on se bat toujours pour ce que l'on
n'a pas, alors Messieurs les riches et tout puissants, battez-vour pour acquérir de l'humilité, un coeur peut-être aussi, soyez à l'écoute des moins nantis en argent mais bien plus en richesse de
vivre, en respect de notre mère à tous, la nature.

Rémi-Ange 27/11/2012 13:49



Bonne interrogation ! nos riches exploiteurs sont soit issue de la classe des capitalistes, soit du peuple mais ils (elles) se sont laissé corrompre, ce qui
semble être le cas de Dilma Rousseff la présidente du Brésil, ancienne héroïne de
la guerilla contre la dictature, membre du Parti des Travailleurs mais qui va sombrer dans la corruption et la compromission avec son parti, jusqu'à vendre son pays aux multinationales tout à
l'inverse de ce que fit Mohandas Karamchand Gandhi pour
l'Inde... les incorruptibles, décidément, ne sont pas légions.
Belle exhortation mais je crains hélas que les bourgeois soient trop pourris d'orgueil pour laisser une place à l'humilité et personne n'est plus sourd qui ne veut rien entendre... ces gens là il
faut les exproprier et les condamner à vivre la vie de ceux qu'ils exploitent ou à planter des arbres 18 heures par jour !



Valentine :0056: 16/11/2012 18:12


Tout à fait d'accord !! Quelle horreur !


Grosses bises, Rémi.

Rémi-Ange 17/11/2012 12:51



Eh oui, hélas c'est terrible ce qui se passe dans la plus grande forêt du monde, ou du moins ce qu'il en reste. Les
dirigeants politiques (parti des
travailleurs) ont été emporté par l'ivresse du pouvoir dans une dérive droitière, antipopulaire et antiouvrière. Ils ont commencé par privatiser tout ce qui était privatisable,
autremement dit livrer le pays aux requins de la finance internationale. Alors Dilma Roussef présidente du conseil
de direction de l'entreprise d'état pétrolière du Brésil Petrobras jusqu'à fin 2010, devenue présidente du Brésil, n'a
pas la vocation socialiste et encore moins la fibre écolo.
Grosses bises Valentine