Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 12:07

 diversite semences 

 

Une nouvelle proposition de loi sur le Certificat d'Obtention Végétale sera débattue à l’Assemblée Nationale le 28 Novembre. Si les députés la votent, les paysans n’auront plus le droit de ressemer librement leur propre récolte et d'échanger leurs semences.

Le texte soumis aux députés vise à renforcer les droits de propriété de l'industrie semencière pour contraindre les paysans à acheter les semences protégées par ces droits de propriété en les empêchant d'utiliser celles qu'ils produisent eux-mêmes.

Un nouvel impôt, le pire

Pour quelques espèces comme le blé, ils pourront avoir une autorisation en payant des royalties à l'industrie. Ce sera imposé (donc c’est bien un impôt) sans l’avis des agriculteurs, contre l’avis de tous les syndicats agricoles à l’exception de la FNSEA dont le président, Xavier Beulin, est à la tête du groupe Sofiprotéol qui détient des participations dans plusieurs grands groupes semenciers français (Euralis Semences, Limagrain, RAGT Génétique, Serasem du groupe InVivo). Xavier Beulin a trahi les agriculteurs pour son seul profit. Quant au prétexte de favoriser la création de nouvelles variétés (tout comme la recherche sur les OGM) celui-ci est fallacieux, vicieux, mensongé : la Nature et des millénaires de recherches en culture naturelle nous ont donné toutes les variétés dont nous avons besoin. Mais les industriels ne peuvent pas en tirer profit… c’est bien pour cette raison qu’ils ont forcé les paysans à faire de la monoculture, il fallait faire oublier les variétés de céréales, de légumes et de fruits. Les industriels ont donc créé des variétés pour déposer des COV (Certificat d'obtention végétale) ou pire, des brevets afin de taxer les agriculteurs, les paysans, les maraîchers et bientôt les jardiniers. Et comme les coûts se répercutent, au final, nous paierons le pain, les pâtes, les patates, les légumes et les fruits encore plus cher !

 

Une liberté de moins, une atteinte à la fraternité de plus.

Le droit ancestral des paysan(ne)s de ressemer et d’échanger librement leurs semences de fermes fait partie des droits collectifs inaliénables. Il est à l'origine de toute la biodiversité cultivée. Il est le fondement de l'agriculture et le garant de la souveraineté alimentaire qui ne sera jamais assurée par des multinationales dont le seul but est d’exploser leurs bénéfices et les dividendes des actionnaires.

 

Il est inacceptable que la loi, censée défendre l'intérêt général, renforce les droits privés de l'industrie semencière au détriment des droits collectifs des paysans. Il est inacceptable que la loi favorise la confiscation du vivant par cette industrie et la régression de la biodiversité.

Une journée d’action est proposée : Mobilisation citoyenne à Paris, lundi 28 novembre : exigeons le retrait de la proposition de loi sur les obtentions végétales : rendez-vous devant l'Assemblée Nationale, à 16h30 (Place E.Herriot)

 

Une campagne est menée à laquelle nous pouvons tous souscrire :

Militer : Campagne pour une loi de reconnaissance positive des droits des agriculteurs par la libération des semences paysannes et fermières La semence est le premier maillon de la chaîne alimentaire. Toutes les plantes agricoles qui nous nourrissent sont issues de semences sélectionnées et conservées de générations en générations par les paysans. Ces semences sont indissociables de leurs savoirs et savoir-faire. Chaque fois qu’ils échangent leurs semences et ressèment une partie de leur récolte précédente, les paysans créent de la biodiversité grâce à l’apparition puis à la sélection de nouveaux caractères adaptés à leur terroir, à son climat et aux besoins de la communauté.

Signer : CYBERACTION N°440

 

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 14:10

Bonne nouvelle

 

Une victoire vient d’être remporté contre une multinationale :

la Société texane Schuepbach Energy, titulaire d’un permis d’exploration. On devine aisément que seul le profit compte pour cette compagnie et la contamination des sols et des nappes phréatiques (donc de l’eau potable) n’est pas son souci, que des millions de français(e)s soient empoisonnés : c’est sans importance pour cette multinationale et pour le gouvernement Fillon-Sarkozy qui accorde les permis d’exploration.

 

« Depuis février 2011, plus de 40 maires d'Ardèche, du Gard et de l'Hérault, avec le soutien de citoyen(ne)s motivé(e)s, ont pris des arrêtés interdisant l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. »

Lire la suite dans l’article de Corinne Morel Darleux

 

Sur la duplicité, l’hypocrisie du gouvernement, voir la vidéo suivantes :



martine billard 21-06-2011 DG CMP vote gaz de... par martine-billard
Mardi 21 juin 2011, Martine Billard, députée de Paris, co-présidente du Parti de Gauche, intervient à l'Assemblée nationale sur la version définitive de la proposition de loi "Interdiction de la fracturation hydraulique". Face à la mobilisation massive contre l'exploitation des gaz et huiles de schiste, l'UMP a déposé la première version de ce texte, censé interdire cette pratique. Mais dans la navette parlementaire, le gouvernement et l'UMP ont réintroduit la possibilité d'exploiter sous prétexte de "recherches". Le groupe GDR vote évidemment contre ce texte contradictoire et réclame une véritable interdiction de l'exploitation extrêmement polluante de cette ressource énergétique fossile, qui plus est émettrice de gaz à effets de serre.

J'avais déjà lancé une alerte : voir mon article : "Menaces de mort"

 

La pétition a déjà recueilli 108 863signatures ! (au 1er octobre 2011)

 

 gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l’ensemble du territoire français : signez la pétition !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 18:29

xingu_01.jpg

Vue aérienne du Xingu, la région menacée d'innondation. 

 

 

- Déjà en cours de construction, les barrages de Santo Antônio et Jirau ont des impacts dévastateurs sur l’écosystème de cette région et sur les populations locales, particulièrement sur les Indiens isolés. Les Indiens isolés sont très vulnérables aux maladies transmises par les étrangers qui afflluent dans la région contre lesquelles ils n’ont aucune résistance et qui risquent de leur être fatales. Parmi les autres conséquences de ces barrages figurent la délocalisation définitive de familles et de communautés entières, l’extinction probable d’espèces de poissons migratoires dont dépendent les communautés indiennes, la propagation d’épidémies de malaria, l’érosion croissante des berges des rivières, la perte de l’accès à l’agriculture et aux ressources naturelles de la forêt. Plusieurs compagnies, dont GDF Suez, sont impliquées dans la construction du barrage de Jirau.

 

 

- Le barrage hydroélectrique de Pakitzapango – qui sera implanté sur le lieu de naissance mythologique des Asháninka, au cœur même de leur territoire, est la dernière et la plus grande menace qui pèse sur eux. Culminant à 165 mètres, il inondera 90 000 hectares de forêt et affectera plus de 10 000 Asháninka du Pérou qui vivent dans la vallée de la rivière Ene. En l’espace de quelques années, leurs maisons, leurs jardins et leurs terres seront engloutis sous les eaux du barrage sur 700 km².

 

Sur le site INDIBIO l’Institut pour la diversité biologique Jéromine Pasteur, un appel aux dons pour aider à la lutte contre le projet de barrage.

Indibio apportera notamment son soutien à CARE (Central Ashaninka del Río Ene), organisation créée à l’initiative de membres du clan Ashaninka, qui a mis en place la campagne contre la construction du barrage de Pakitzapango.

 

- Le gouvernement brésilien a donné son feu vert à la construction du troisième plus grand barrage hydroélectrique au monde sur le Xingu, l’un des principaux affluents de l’Amazone. Le barrage de Belo Monte déviera la quasi totalité des eaux du Xingu sur une partie de près de 100 km connue sous le nom de Volta Grande (grande courbe), privant les Indiens et autres riverains de poissons, d’eau potable et de moyens de transport, essentiels à leur survie. La compagnie Alstom fournira des équipements à hauteur de 500 millions d’euros pour la construction du barrage.  

 

Venue en mars à Paris et dans d'autres villes d'Europe en compagnie de deux autres représentants indigènes, Sheyla Yakarepi Juruna se fait l'ambassadrice de tous les peuples indigènes de la grande boucle du Xingú dont le destin sera bouleversé par Belo Monte, c'est à dire 25 villages appartenant à 3 groupes linguistiques et 9 groupes ethniques différents. Sans oublier les 15 peuples du haut Xingu, qui auront eux aussi à subir les conséquences de ce gigantesque chamboulement environnemental. 

 Voir la vidéo

sheyla juruna 02

 

Elle cite GDF Suez et évoque la participation de l'entreprise française au barrage de Jirau, mais mentionne également les turbines de Belo Monte, fournies par Alstom pour un marché de 500 millions d'euros : « il faut alerter le monde que ces projets ne sont pas viables à terme (...) Les droits des indiens sont violés et ceci est appuyé par d'autres gouvernements dont celui de la France. »

Sa douleur est grande lorsqu'elle évoque le sort de ses frères indigènes, considérés dans leur propre pays comme quantité négligeables par l'administration Dilma Rousseff.

 

Avec le cacique Raoni et tous les chefs indiens, nous demandons  l'abandon définitif du projet Belo Monte, la suspension de tout autre projet de barrage en Amazonie allant à l'encontre du respect des droits des peuples autochtones et de la biodiversité et la préférence systématique aux alternatives énergétiques non destructrice pour l'environnement

 

Belo Monte : pétition de Raoni

Version française English version Versión española Versione italiana Deutsche Version Português versão Wersja polska

A ce jour 96985 signatures.

La pétition de Raoni contre le projet Belo Monte

 

 

 Raoni et les chefs indiensraoni 03

protestant contre la construction

du barrage.

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 10:31

Toutes les grandes forêts sont menacées... mais aujourd'hui contribuons la lutte pour la forêt amazonienne.

 

Dans la forêt : toutes les vies, toute la Vie.

 

Quand on détruit une forêt, on programme un désert...

 

Les forêts tropicales abritent des tribus indigènes parmi les dernières du globe.

 

En coupant les arbres, nous détruisons ces peuples et en même temps leur culture, leurs connaissances, leur science. L’humanité prend le risque de se priver de ce savoir.

 

indiens 02Plus de 1 000 tribus vivent dans les forêts vierges tropicales et beaucoup sont en voie d’extinction, luttant contre les envahisseurs qui pénètrent sur leurs terres illégalement.

 Leur disparition provoquerait la perte de tout leur patrimoine culturel mais aussi d’un savoir-faire dont le monde moderne a plus que jamais besoin aujourd’hui.

 

indiens 01

Plus d’un quart des produits pharmaceutiques prescrits aux États-Unis est dérivé de plantes des forêts tropicales. Un quart des médicaments prescrits par ordonnance provient des plantes trouvées dans la forêt vierge. 1 400 d’entre elles se sont révélées avoir des propriétés anticancéreuses.

 

L’Amazonie abrite environ 1 600 espèces d’oiseaux – plus que n’importe où au monde – et jusqu’à 40 000 espèces d’insectes sur un seul hectare.

 

On y trouve près de 3 000 espèces de poissons, ce qui représente environ 85 % des espèces d’Amérique du Sud; mais seulement 35 espèces d’entre elles sont exploitées commercialement. Les arbres sont d’une diversité déroutante. Alors qu’une forêt des régions tempérées d’Europe ou d’Amérique du Nord compte une quinzaine d’essences d’arbre, le nombre moyen d’espèces d’arbres par hectare dans la forêt amazonienne est proche de 300 et on estime à 5 000 le nombre d’espèces d’arbres avec un diamètre de tronc supérieur à 15 cm.

 

Presque un tiers des espèces de plantes qui habitent la planète se trouvent sous les tropiques sud-américains. Mais malheureusement, l’intervention de l’homme annihile progressivement les espèces et la biodiversité. Le déboisement est à l’origine de la perte en moyenne de 3 espèces par heure, soit 26 280 par an.

indiens 09

 

La survie des Indiens et la survie de la forêt ne font qu’un. Il y a quelques décennies, il y avait tellement de forêts que les deux n’étaient pas nécessairement liées. Mais aujourd’hui l’une protège l’autre. »

 

L’Amazonie se meurt. Les forêts vierges du monde entier se meurent. La forêt, mais aussi la richesse de sa vie animale et végétale, ses peuplades indigènes et leurs anciennes cultures, l’espoir de trouver de nouveaux remèdes à nos maladies, et surtout la santé de la planète tout entière.

 

source : résumé de divers articles du site de Raoni


Que fait l’ONU (Organisation des Nations Unies) qui a lancé "2011 Année internationale des forêts" ? de beaux discours et après ? Une autre organisation - celle-ci démocratique - agit dans tous les domaines : AVAAZ

 

Avaaz - qui signifie “voix” dans plusieurs langues d'Asie, du Moyen-Orient et de l'Europe de l'Est - a été lancé en janvier 2007 avec une mission démocratique simple: fédérer les citoyen(ne)s de toutes les nations pour réduire l'écart entre le monde que nous avons et le monde voulu par le plus grand nombre et partout.

 

Un mouvement supranational qui est plus démocratique, et qui pourrait être plus efficace que l'ONU. — Suddeutsche Zeitung

 

L'Amazonie est en grand danger. Le Sénat brésilien s'apprête à adopter une loi qui affaiblirait dangereusement la protection de ce trésor mondial. Mais dans quatre jours les peuples indigènes organisent des marches dans tout le Brésil appelant à l'arrêt de la destruction. Soutenons-les en en faisant une marche mondiale pour sauver l'Amazonie.


Signez la pétition

 

On approche les 850 000 signatures...

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 14:19

 

  foret senart 013 slc ng

 

l'Office National des Forêts massacre nos forêts et nos gardes forestiers sur l'autel du profit immédiat.

 

 

J'avais déjà écrit un article sur le sujet "Atteintes graves à la fonction de Garde-forestiers"

 

 

    Mardi dernier, un garde forestier de 59 ans, père de trois enfants, s'est pendu dans sa maison forestière, dans l'Allier. En un mois, ce sont quatre agents de l'ONF qui ont mis fin à leur jour.

 

Le contrat d’objectifs 2012-2016 entre l’État, l’ONF et la Fédération nationale des communes forestières a été approuvé le 20 julliet 2011 par 27 voix sur 39. Il prévoit près de 700 nouvelles suppressions de postes.

 

Ce contrat « sacrifie les forêts et les hommes » alors que l’ONF a déjà perdu plus du tiers de ses effectifs en 25 ans. L’établissement public comptait 15 000 employés en 1986, contre 6 300 fonctionnaires aujourd’hui. « Seuls les effectifs de cadres augmentent. Ceux des forestiers de terrain et des bûcherons sont en constante diminution », dénonce Philippe Berger, du syndicat Snupfen Solidaires.

 « Quatre nouveaux suicides de fonctionnaires en quatre semaines, au total 234 24 suicides depuis 2005 en raison de la surcharge de travail, des pressions et dépressions, du management agressif. 400 des 3 200 ouvriers forestiers sont frappés d’inaptitude physique et en quatre ans, 200 ouvriers ont déjà été licenciés pour ce motif : cassés par un métier très dur et la course au rendement, ils sont jetés dehors », selon le Snupfen-Solidaires. Majoritaire à l’ONF, ce syndicat réclame que le contrat avec l’État soit examiné au Parlement « pour un véritable débat démocratique et citoyen ».

 

Source : l'Alsace , j'ai corrigé le chiffre des suicides, probablement une erreur typographique. En effet selon WikiStrike :

 

Sur 24 agents suicidés depuis 2005, 18 étaient des gardes forestiers.

 

POUR NOS ENFANTS, PETITS ENFANTS ET NOUS-MÊME, AGISSONS !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 14:55

Toutes les menaces viennent des profiteurs, de ceux qui se livrent à une course frénétique pour se faire toujours plus de fric en portant atteinte à nos vies et à tous les êtres vivants autour de nous.

 

Une nouvelle course au profit menace nos vies :

 

Alerte ! Au secours ! Nos vies et notre bonne vieille terre de France sont menacées. Nos ancêtres nous ont laissé une terre propre, nous allons laissé à nos enfants une terre sale, contaminée, nocive !

 

Voici l'article d'un de mes amis :

Département de Seine-et-Marne (77).S O S  TERRE  BRIARDE   ALERTE ECOLOGIQUE MAJEURE     
                                      
  Chaque jour on mesure davantage l'étendue de la catastrophe qui s'abat sur
notre pays : La volonté de nous détruire va au-delà de la substitution de population, de la perte de nos
valeurs, de notre identité, de nos racines.
Il faut désormais qu'ils détruisent notre environnement, notre faune et notre flore, notre sol et notre  sous-sol en prétextant la croissance des besoins d'énergie et l'indépendance énergétique 
de notre pays!"
 

En France, on a des idées et, en plus, on a du schiste bitumineux  
Voici le nouveau slogan qui remplace maintenant celui des années soixante-dix : "En France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées !".
Comme aux Etats-Unis et au Canada où la société HALLIBURTON exploite le gaz et l’huile de schiste    par le procédé de fracturation de la roche  à grande profondeur (2000 ・ 3000 mètres). Cette technique a des conséquences effroyables sur l’environnement, la faune et la flore ainsi que sur la santé humaine. Les habitants des régions concernées aux USA et au Canada sont sinistrés et leur vie quotidienne est devenue un enfer. Voir à ce sujet les vidéos sur internet du reportage  "GASLAND" 

Pour ce qui est de la France, plusieurs projets d’exploitation du sous-sol en vue d’en extraire l’huile de schiste en explosant la roche par injection d’eau en quantité énorme additionnée de produits chimiques extrêmement nocifs sont en cours et ont reçu, dans le plus grand secret, les autorisations nécessaires de la part du gouvernement et notamment de l’ex-ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo en 2009… 
Les bénéficiaires sont les sociétés américaines TOREADOR (dont le principal dirigeant, Julien Balkany,  est très proche du pouvoir) et HESS et la société canadienne VERMILION. 
Le 16 avril devraient normalement commencer les premiers forages "exploratoires" à proximité de la commune de Doue en Seine & Marne mais ausi en différentes place de la Seine-et-Marne
 L'est de l’Aisne, le sud de l'Oise ,l’ouest de la Marne et toute la Seine & Marne sont concernés. La Terre Briarde est menacée d’un désastre écologique et environnemental sans précédent en France:  ,  destruction de la faune et de la flore, dessication des terres agricoles, maladies puis mort des animaux domestiques, de ferme et d’élevage, terrains transformés en paysage lunaire  eau polluèe, impropre à la consommation , pollution extrême des nappes phrèatiques et épuisement de la principale réserve d’eau potable de la région parisienne. « La nappe de Champigny » qui alimente la rivière souterraine 
"la Dhuys"
 Habitants de Seine & Marne et du reste de la Brie, tout ceux et celles qui restent attachés à la terre de leurs ancêtres , mobilisez-vous, renseignez-vous, rassemblez-vous, car il y va de votre santé,  et de  notre patrimoine  
 
Ecoutez celles et ceux qui la dénoncent car vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !
 
INFORMATIONS            Association " Terre Briarde"   e-mail : demeter77@hotmail.fr                      
 
Sur le site de GREENPEACE FRANCE vous pourrez mesurer l'urgence et la gravité de la situation
Le gouvernement Fillon autorise noir sur blanc, dès le 15 avril, des travaux de forages verticaux –dits conventionnels- qui ne sont en fait que la première étape vers de la fracturation hydraulique.
 
Le gouvernement semble naviguer à vue, et beaucoup plus négocier avec les dits industriels qu’écouter l’immense mobilisation qui est monté au sud comme au nord contre les gaz et pétroles de schiste.
 
 
sur cette page, toute l'histoire et une autre pétition, plus récente, que j'ai signée aussi.
 
 
Mais les "anciennes" menaces sont toujours d'actualité :  il nous faut rester vigilant, sinon on va crever de rester les bras croisés et la tête dans le sable !
Nous allons donc continuer à dénoncer l'inacceptable dictature des trusts de l'agro-alimentaire.
Consultez régulièrement le site de France Nature Environnement :
 
arretesvossalades.jpg
grosmenteur
 
findubuzz
 
Mais comme si ça ne leur suffisait pas de nous rendre malades, ils veulent désormais nous interdire les remèdes naturels, de manière très indirecte et d'autant plus perverse : 
 
    
footer
Défendons nos droits, la lâcheté tue mais le courage sauve !
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 18:38

village_jura_001_voeux2011.jpg

 

 


Les attaques des lobbies mondialistes qui massacrent animaux, plantes et forêts ont trouvé des garants :
le président Sarkozy et le gouvernement Fillon ! Bien sûr ils ont voulu paraître écologistes sur les bords, mais la comédie est terminée et ils ont montré leur vrai visage.

En 2011, plus encore qu'en 2010, donnons de la voix et soyons les grains de sable qui casseront leur grosse machine financière et mondialiste.

Défendons notre terroir, réservons notre argent pour nos producteurs locaux ou nationaux.

Aidons les organisations qui luttent pour arrêter la destruction de la forêt et celles qui luttent contre la torture des animaux.

Les arbres sont les garants de notre vie, soyons garants de la vie des arbres !

Quand on respecte les plantes, les animaux et les arbres, on respecte les humains.

Je vous souhaite beaucoup d'Amour, quand l'Amour va, la santé va

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 09:21

Il ne faut pas s'y tromper, la Terre-Mère n'a pas besoin de notre aide pour se défendre, et quand même l'espèce humaine détruirait les 3/4 de la surface du globe, elle renaîtrait de ses cendres et en quelques millions d'années elle donnerait naissance à de nouvelles espèces tout en redonnant l'espace nécessaire aux espèces survivantes. Ce qui est dans l'urgence actuellement c'est la survie des espèces existantes actuellement, y compris la nôtre dans sa diversité.

 

Je rappelle le site de référence sur le sujet :

 

http://terresacree.org/index.html

 

sos planete

Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 15:37


chene_bruy_01.jpg

En Aquitaine, la "perte de repères" des forestiers de l'ONF

03/03/2010 10:03 am

BORDEAUX (AFP) - Les agents de l'Office national des forêts (ONF), appelés à la grève mercredi à l'appel de trois syndicats contre un "budget 2010 de grande austérité", évoquent, en Aquitaine comme ailleurs, leur "perte de repères" face aux "mutations" de l'établissement public.

"Avec toutes les évolutions, les gens ont perdu tout repère, on vous demande de faire tout plus vite et le fait de se retrouver avec moins de personnels, il y a moins de contacts humains et ça accentue la solitude au travail", raconte Pierre Wendling, agent patrimonial à l'ONF en charge de la gestion de 1.400 hectares de forêt et de dunes à Biscarosse (Landes).

En décembre, les syndicats avaient fait état du malaise des agents après le suicide d'un salarié sur son lieu de travail, selon eux le quatorzième en quatre ans à l'ONF.

"Cette perte de repères, je l'ai ressentie quand j'étais dans l'est, en Moselle", poursuit M. Wendling, 46 ans, agent de l'ONF depuis 1982, qui a été reclassé en Aquitaine il y a trois ans après été arrêté plusieurs mois en raison d'une maladie qu'il attribue au stress qu'il vivait alors au travail.

"J'ai mal vécu la mutation qui s'est faite beaucoup trop vite", ajoute celui qui a vécu son arrivée dans les Landes comme une "renaissance".

Ces mêmes "mutations", qui "ont été plus précoces dans l'est de la France", sont mise en oeuvre aujourd'hui en Aquitaine où "on vous demande de faire tout plus vite, dans l'urgence" avec "de plus en plus de gestion administrative" mais "moins de présence sur le terrain", regrette-t-il.

Ce sentiment est partagé par Jean-Luc Pigeassou, 49 ans, lui aussi entré à l'ONF en 1982, qui gère aujourd'hui "2.600 hectares de forêts communales" en Gironde contre "1.200 il y a dix ans" avec l'impression de "passer son temps derrière un écran d'ordinateur".

"C'est un véritable changement culturel pour les personnels. Nombre d'entre nous sommes encore attachés à notre fonction de garde-forestiers, et là on est en train de passer à autre chose", souligne ce représentant du Syndicat National Unifié des Personnels des Forêts et de l'EspaceNaturel (majoritaire à l'ONF).

En Aquitaine, la fusion des agences de Mont-de-Marsan et de Bordeaux s'est aussi accompagnée de "suppressions de postes", affirme M. Pigeassou. Il regrette que l'ONF "développe ses activités de services, pour faire entrer du chiffre d'affaires, plutôt que de mettre du personnel pour la gestion des forêts domaniales et des collectivités".

Selon Gérard Frigant, secrétaire général du Snaf-Unsa Forêt, l'ONF comptait 16.000 agents en 1985 contre "un peu moins de 10.000" aujourd'hui. Avec deux autres syndicats, CGT-Forêt et Snupfen-Solidaires, il appelle à la grève mercredi pour dénoncer "un budget 2010 de grande austérité".

Une journée d'action à laquelle Pierre Wendling ne participera pas, n'ayant pas, dit-il, "la possibilité financière" de faire grève avec "un salaire brut mensuel de 1.760 euros" auquel s'ajoute un logement de fonction.

© 2010 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Source : http://www.goodplanet.info/goodplanet/index.php/fre/Contenu/Depeche/En-Aquitaine-la-perte-de-reperes-des-forestiers-de-l-ONF/%28theme%29/301

Je me souviens que vers la fin des années 80, ma tante qui a toujours ses comptes au Crédit Lyonnais, avait des relations privilégiées avec le directeur de son agence. Et un jour le directeur lui dit avec tristesse qu'ils n'allaient plus se revoir, que les nouvelles instructions étaient de ne plus avoir de liens avec la clientèle et pour empêcher toute sympathie des employés envers les clients, le personnel de chaque agence devait changer régulièrement. Plus récemment, une jeune employée de banque de mes relations a quitté son métier de conseillère financière (à la Caisse d'Épargne) pour la simple raison qu'on lui demandait de ne servir que les intérêts de la banque même dans le cas où ils sont contraires aux intérêts des clients.


J'ai pris ces exemples pour montrer la primauté de l'intérêt financier sur la personne humaine.


J'ai déjà parlé de la protection de la Nature, l'arbre en étant un élément essentiel. Désormais les grands groupes, la finance internationale et le gouvernement qui est à leur solde, ne s'attaquent plus aux arbres mais à l'humain que l'on déracine chaque fois que l'on trouve un prétexte pour le faire : délocalisations et mutations en tous genres se multiplient, ainsi l'on coupe tous les liens entre les humains et leurs liens avec leur environnement de travail : l'entreprise et dans le cas présent, la forêt. En effet, chaque forêt a une « personnalité », le forestier la marque de son travail et des liens affectifs profonds s'instaurent entre eux, ce qui entraîne un bien être du forestier et un épanouissement de la forêt. La bonne connaissance de la forêt en permet la bonne gestion d'autant que la surface du domaine n'excède pas les capacités du forestier. Le suicide du salarié cité dans l'article montre à quel point on a détruit cette relation privilégiée.

Pour le plus grand malheur de la forêt, le forestier est réduit à une fonction de machine-outil qu'on ne respectera pas car elle ne coûte rien à remplacer.

 

Il reste quand même un espoir, le combat que mènent les forestiers avec le  syndicat Snupfen-Solidaires (http://www.snupfen1.org/)

si vous aimez la forêt allez sur leur site et signez la pétition,

"Quelle Forêt pour nos enfants ?"

soyons solidaires !


 

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 09:08
jura couchant


Pour les êtres vivants, ils sont tous précieux et indispensables.

Je n'ai pas dit pour la planète, car la Terre-Mère est heureusement bien plus forte que nous et elle a les ressources pour se défendre du mal que la soif de profit des acteurs des la mondialisation lui cause.

Mais il en est autrement des espèces menacées de disparition, plantes, animaux ou ethnies humaines. Là le combat continue et nous devons le mener avec encore plus d'énergie, l'énergie de l'espoir de sauver ce qui peut l'être, de préserver ce qui existe encore. La lutte contre les multinationales de l'agro-alimentaires (par exemple) nous pouvons la gagner par la solidarité, le courage et la détermination .

2010 Meilleurs voeux à celles et ceux qui aiment la Nature..


Partager cet article
Repost0